Aux États-Unis, il y a une citation célèbre qui est régulièrement utilisée par les sportifs dans les vestiaires : « La douleur est la faiblesse qui quitte le corps ».

La science n’appuie pas vraiment cette citation. Selon les chercheurs qui travaillent sur la douleur, le cerveau peut supporter différemment la douleur d’une personne à une autre. En termes simples, la douleur est un ressenti très subjectif.

Il s’agit d’une question cruciale alors que les services de police de toute l’Amérique du Nord, y compris la police de Toronto, recherchent des solutions douloureuses mais moins meurtrières que les armes classiques – y compris un nouveau type de balle en caoutchouc – à la suite de plusieurs fusillades mortelles très médiatisées ces dernières années.

Le Security Devices International, dont le siège social est situé à Oakville (Canada), a d’ailleurs passé des commandes pour une balle qui prend de l’expansion à l’impact, causant une douleur massive pour maîtriser une personne, mais ne laissant aucune blessure durable.

Ci-dessous découvrez les conclusions de deux chercheurs sur la douleur. Ils ont comparé les blessures causées par les balles de caoutchouc et une variété d’autres sources.

Une balle de caoutchouc

Luda Diatchenko n’a jamais reçu de balle en caoutchouc. Elle n’a jamais parlé à quelqu’un qui a été atteint par ce type de projectile. Mais, interrogée sur les nouvelles balles en caoutchouc achetées par la police de Toronto, qui ne percent pas la peau et ne s’aplatissent pas lors de l’impact, la chercheuse sur la douleur de l’Université McGill a déclaré qu’elle était capable d’imaginer que ce n’était pas une expérience des plus agréables. Luda a déclaré : « Je dirais que ça peut être dangereux. Ce projectile tiré avec un gomme cogne ou un autre type d’arme peut être très douloureux et peut causer des dommages. Ça peut aussi être le début d’une douleur chronique. »

Min Zhuo n’a également pas ressenti la douleur causée par une balle en caoutchouc. Mais lorsqu’on lui a demandé de la placer sur l’échelle de la douleur, le professeur de médecine à l’Université de Toronto a dit qu’il la situerait entre 3 et 4. « Elle ne va pas pénétrer dans vos tissus… Ça pourrait causer plus de dégâts dans une zone plus large. »

Une vraie balle

De toute évidence, de nombreux facteurs entrent en jeu : l’endroit où vous êtes touché, le type d’arme à feu que vous utilisez et si vous vous attendez à sentir l’arrivée d’une balle qui tire à toute vitesse. Zhuo dit qu’il a découvert que les niveaux d’anxiété affectent la façon dont les gens ressentent la douleur. Plus vous êtes tendu ou effrayé, plus vous allez ressentir de la douleur. En supposant que vous êtes pris au dépourvu, et que vous avez été abattu dans un endroit, Zhuo a placé entre 2 et 3 sur l’échelle de la douleur la mention « se faire abattre « .

Un choc électrique / taser

Zhuo souligne que la douleur dépend de la tension du choc. Il déclare « Deux paramètres sont à prendre en compte : l’intensité et la durée ». Il place la douleur causée par un taser sur 4. « Ce n’est pas très douloureux. Par contre, quand vous recevez un choc électrique, vous touchez toutes les fibres nerveuses. »

Un poignard

Un peu comme se faire tirer dessus, il y a beaucoup de variables à la douleur lorsqu’on se fait poignarder. En supposant que le tissu musculaire est endommagé par la lame, Zhuo a fixé la douleur à 5. « Ça pourrait être très douloureux. »

Une balle de baseball

Zhuo a déclaré qu’il avait été frappé par un ballon de football au visage une fois. Et qu’il avait eu très mal. Une balle de baseball au visage ? Ça doit être intense. « Les nerfs sensoriels de notre visage sont très proches du cerveau, donc ça peut être très douloureux. » Assez douloureux pour justifier un 7 ou 8 sur l’échelle.

Catégories : Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *