Jean-Charles Marchiani, l’ami le plus proche de L’ancien ministre Charles Pasqua est mort en 2015 à l’âge de 88 ans. Il est un homme politique français. Ancien officier de la DGSE, Jean-Charles Marchiani a été en 1988. C’est un héros national via sa participation à la libération des otages français détenus par le mouvement Jihad islamique détenus au Liban pendant plusieurs mois.

Qui est Jean-Charles Marchiani

Agé de 76 ans, Jean-Charles Marchiani est un haut fonctionnaire français. Dès son jeune âge, Jean-Charles Marchiani a été recruté par l’organisation secrète française des sièges de l’enseignement supérieur. A 24 ans, il est nommé agent de sécurité du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE) de 1962 à 1970. Par la suite, il décide de quitter le SDECE et s’oriente vers le secteur privé. Entre les années 1970 et 1986, il a occupé des grands postes. Il était directeur et responsable des relations syndicales chez Peugeot, Directeur des Affaires Officielles d’Air France et Directeur Général de la filiale Servair et Administrateur Général de Meridian.

Jean-Charles Marchiani: l’homme des moments délicates

Après quelques années de niche financière, Marchiani rencontre Charles Pasqua à Paris. Il a occupé le poste du conseiller de Pasqua lorsqu’il avait la fonction de ministre des Affaires intérieures. Jean-Charles Marchiani est devenu une figure importante dans les affaires publiques de la France. En tant que superviseur de projet et expert en renseignement et contre-terrorisme au ministère des Affaires intérieures de 1986 à 1988.

Il a été recruté par les services secrets français à l’université à l’âge de 19 ans, juste après la guerre d’Algérie. Il était conseillé de Pasqua. Jean-Charles Marchiani est devenu une idole de la France en 1988. Alors qu’il opérait au sein de la DGSE et avec Charles Pasqua. Ils ont joué un rôle important dans les négociations sur les conditions de libération des otages français pris à l’étranger.

Médiations et libérations d’otages

En outre, il a joué un rôle important dans la libération des aviateurs de la Force aérienne de Bosnie. Au retour de Charles Pasqua au ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire, Jean-Charles Marchiani reprend ses fonctions au cabinet (1993-1995). En 1995, Jacques Chirac l’a désigné en tant que préfet du Var. Il a occupé ce poste de novembre 1995 à juillet 1997. Entre-temps, le préfet Marchiani a été choisi comme négociateur pour la libération des pilotes d’avion français. Le capitaine Frederick Chiffot et le lieutenant José Souvignet, conservés en Bosnie en 1995. Après quatorze semaines de discussion, Marchiani a été capable de libérer les deux pilotes de jet du Mirage 2000 de Dassault, enlevés au-dessus de la Bosnie.

Un an plus tard, le préfet du Var est appelé à nouveau par l’Elysée pour sauver des nombreux moines de tibhirine françaises, enlevées dans leur monastère par des islamistes algériens à Médée. Son aide a été interrompue par Alain Juppé, Premier ministre de l’époque. Les prêtres ont été tués quelques semaines après leur enlèvement. En 1999, il a été élu député du Parlement européen et a pris sa retraite politique en 2004.

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *